NOVEMBRE 2017

 

Congrès Scientifique Ecolo’Tech 2017 :
Innovations Technologiques et Méthodologiques en Ecologie,
A l’Université de Montpellier (Bâtiment Polytech) – Place Eugène Bataillon,
Présidé par le LabEx CeMEB.

Porté par l’Université de Montpellier et mis en oeuvre par l’Association du Salon de l’Ecologie.

journee-ecolotech_congres-scientifique-1-min

 

feuillestest Contexte

Les grandes avancées scientifiques et sociétales ont souvent été le fruit d’inventions conceptuelles mais aussi d’innovations technologiques et méthodologiques. Le microscope a permis d’étudier les micro-organismes, l’IRM a révolutionné l’imagerie médicale et l’informatique est en train de bouleverser l’analyse des données. Toutes les sciences ont bénéficié d’avancées déterminantes issues de l’innovation et de collaborations avec les technologies d’autres sciences.

L’écologie scientifique ne fait pas exception. Elle est à la veille d’un extraordinaire décollage du fait de l’intégration des nouvelles technologies de l’ADN, de nouveaux outils de détection, de modélisation ou encore de traitement d’images et de sons. L’innovation n’est pas seulement technique ; là, des collaborations voient le jour entre des disciplines scientifiques autrefois cloisonnées, produisant leur lot d’innovations méthodologiques.
Finalement, ces progrès technologiques et méthodologiques amènent à réinventer constamment les biens et services offerts par l’ingénierie écologique.

 

feuillestest Objectifs

Le congrès scientifique Ecolo’Tech a pour vocation de réunir les organisations professionnelles publiques ou privées, de faire découvrir ces entités aux étudiants et de sensibiliser le grand public aux enjeux actuels de l’écologie. Comme chaque année, le congrès présentera les avancées de l’écologie scientifique en termes d’innovations technologiques et méthodologiques et permettra la mise en relation de chercheurs, d’ingénieurs et de techniciens issus de laboratoires, de bureaux d’études, de collectivités territoriales, d’établissements publics ou encore d’associations.
Cette diversité d’intervenants et de publics aura pour but de favoriser un dialogue professionnel décloisonné en vue d’envisager et de développer des partenariats constructifs entre le monde de la recherche et les autres acteurs professionnels de l’écologie. Ces partenariats permettraient de développer et d’améliorer les innovations afin de les mettre à disposition d’un plus grand nombre d’acteurs de l’écologie.
L’objectif final est de faire progresser la qualité des études et des prestations de service dans le domaine de l’écologie.

 

feuillestest Thématiques des sessions

Le congrès Ecolo’Tech vous proposera cette année 20 conférences organisées en 4 sessions thématiques :

Biologging et suivi : 

Le Biologging et le Suivi sont deux méthodes d’évaluation de l’état et des évolutions de la biodiversité, de l’échelle du paysage, des écosystèmes et des espèces. Le biologging consiste à enregistrer des données biologiques et/ou environnementales à partir d’un animal en déplacement, pour en déterminer la position au cours du temps et éventuellement les caractéristiques physiques, chimiques et/ou biotiques de son environnement immédiat. Un suivi scientifique consiste à mesurer la taille d’un habitat ou de la population d’une espèce, sa qualité, ainsi qu’un ensemble de variables environnementales, permettant d’identifier des relations de cause à effet, et donc de comprendre pourquoi l’habitat/espèce présente telle ou telle tendance.

Aujourd’hui, ces disciplines évoluent grâce au développement de l’innovation technologique (miniaturisation et sophistication des “tags”, nouvelles technologies de détection, etc.), et méthodologique (nouveaux modèles de mouvement animaux, avancées dans le traitement des données statistiques, etc.), ce qui permet aux scientifiques de mieux comprendre le comportement animal et le fonctionnement des écosystèmes. Dans le contexte actuel de réchauffement climatique, d’anthropisation des milieux naturels ou encore d’émergence de maladies, ces disciplines participent d’ores et déjà à une meilleure compréhension des capacités d’adaptation à ces rapides modifications.

À la croisée de nombreuses disciplines (écologie, biologie, électronique et capteurs) la thématique du Biologging et Suivi a un potentiel fort de structuration des communautés scientifiques et c’est dans ce sens que cette session est encore mise à l’honneur pour cette 3ème édition du Congrès Ecolo’Tech.

Agroécologie :

Définie comme un modèle agricole alternatif au courant conventionnel actuellement dominant, cette discipline de recherche et d’innovation est fondée sur la conception de systèmes productifs innovants valorisant les fonctionnalités écologiques des agrosystèmes. L’enjeu majeur est d’assurer une production, une transformation et une distribution qui répondent aux besoins alimentaires, mais aussi non alimentaires, dans une optique de croissance de la population. Cet enjeu est aujourd’hui assuré par l’agriculture conventionnelle, mais aux dépens d’externalités négatives de l’agriculture et de pertes de biodiversité. Aujourd’hui, l’agroécologie constitue une réponse adaptée, viable et responsable à ces enjeux. Cette session est mise à l’honneur afin de mettre les dernières connaissances et réflexions à ce sujet à disposition des acteurs de l’agroécologie et de toutes personnes intéressées. C’est un axe majeur de développement véhiculé par le Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la forêt. Nous invitons donc les acteurs de la recherche, de la formation et de l’innovation agronomique, mais aussi les instituts techniques agricoles, ainsi que les acteurs du développement agricole et de l’environnement à venir partager leurs connaissances et travaux.

Génie écologique :

La conférence internationale sur la biodiversité qui s’est tenue à Nagoya en 2010 fixe pour objectif la restauration de 15% des écosystèmes de la planète d’ici 2020. En France, le ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Energie (MEDDE) a identifié le génie écologique comme l’une des « filières stratégiques de l’économie verte » faisant l’objet d’un plan d’action pour favoriser son développement. Une ingénierie écologique innovante est ainsi nécessaire pour atteindre ces objectifs. Afin de s’adapter aux changements climatiques ou d’assurer la durabilité des ressources, les projets développés par les acteurs du territoire oeuvrent à restaurer les écosystèmes dégradés, à conserver et gérer l’existant, mais également à créer de nouveaux écosystèmes ayant un bénéfice pour l’homme et la biosphère de façon à optimiser les services rendus par le vivant.

Ecolo’Tech a donc pour objectif de réunir et favoriser les synergies entre les chercheurs, gestionnaires et acteurs de structures publiques et privées, travaillant sur l’ensemble des milieux naturels, semi-naturels ou artificiels, afin de partager les dernières innovations méthodologiques, techniques et technologiques dans le domaine du génie écologique.

Environnement et Santé :

Alors que les bienfaits de la diversité faunistique et floristique sur les écosystèmes ne sont plus à prouver, une question se pose : l’intégrité de la biodiversité a-t-elle un impact sur la santé humaine ? En effet, la perte de biodiversité peut avoir des conséquences directes non négligeables sur la santé si les services de l’écosystème ne répondent plus aux besoins de la société à travers ce qui est appelé “les services écosystémiques”, qui vont de la disponibilité en eau, nourriture et carburant, jusqu’à la pollinisation des fleurs par les abeilles. Indirectement,  la perte de biodiversité peut affecter le fonctionnement de notre organisme. La richesse des légumes en minéraux, en vitamines et en fibres est en effet indispensable à l’organisme. De plus, certaines études s’interrogent sur le fait que la perte de biodiversité s’accompagnerait d’une augmentation des risques sanitaires infectieux. La restauration écologique, qu’elle soit agricole, ou faunistique est donc également un enjeu de la santé humaine. Enfin, de nombreuses communautés utilisent à des fins médicales et culturelles, en plus de la nourriture, des produits issus directement des écosystèmes. Ces ressources naturelles sont de plus en plus utilisées pour des travaux de recherche biomédicale innovants, destinés à mieux comprendre la physiologie humaine et à mieux connaître et traiter les maladies.

Ecolo’Tech souhaite donc mettre à l’honneur cette session mettant en lien le monde médical et celui de l’écologie, enjeu majeur du XXIème siècle.

 

feuillestest Format des présentations

  • Communications orales :
    Les communications orales sont limitées à une durée de 20 min pour permettre une discussion au minimum de 10 min.
  • Autres formats de communication :
    Il vous est également possible de proposer un format de communication différent de ceux proposés, s’il vous paraît pertinent au vu de votre présentation et/ou innovant dans son aspect pédagogique.

 

feuillestest Le comité scientifique de sélection

Le comité scientifique du congrès Ecolo’Tech réunit des professionnels de l’écologie souhaitant contribuer à la réussite du Congrès Ecolo’Tech. Ils interviennent en tant qu’experts auprès des étudiants en charge de l’organisation du congrès. La commission scientifique se réunit régulièrement afin de valider les propositions des étudiants à différents niveaux : les thématiques, les intervenants, le format du congrès, la programmation, etc.

Le comité scientifique du congrès Ecolo’Tech 2016:

Président :

JARNE Philippe (CEFE) – Directeur de recherche et Président du LabEx CeMEB

Membres du comité scientifique :

ALLEGRINI Benjamin – Directeur adjoint et Directeur R&D à Naturalia

BESNARD Aurélien – Maître de Conférence EPHE

BOSSAERT Mathieu – Responsable de projets système d’information au CEN-LR

BOULANGER Denis – Chercheur IRD

BOUTIN Sophie – Chef de Projet LabEx CeMEB

CARCAILLET Frédérique – Maître de Conférence, chercheur, UMR MARBEC

DETER Julie  – Directrice R&D Andromède

DURIEZ Olivier – Maître de conférence au CEFE

IMBERT Eric – Maître de Conférence, chercheur à l’ISEM

JAEGER Marc – Chercheur, UMR AMAP

THALER Olivier – Enseignant chercheur UM2, directeur IEGB, commanditaire du Salon de l’Ecologie

THORIN Sébastien – Directeur R&D de Créocéan

TREVENNEC Océane – Chargée d’Affaire Agronomie-Ecologie-Environnement à la DIP

VIGNAU Christel – Directrice de Tela Botanica

feuillestest Retour sur Ecolo’Tech 2015

L’année dernière, notre congrès scientifique comptait plus de 50 intervenants et 350 participants. L’équipe du Salon de l’Ecologie est fière de partager ce succès avec vous en vous proposant de télécharger les résumés du contenu des conférences :

 * Synthèse de la session « Technologie de l’Information et Communication » (TIC)

Résumés des conférences :

 UVED : Une pédagogie numérique dédiée à l’environnement et au développement durable,

– Stéphane FRANÇOIS & Olivier GARGOMINY, Service du Patrimoine naturel MNHN : BiodiversiClés,

– Simon MAILLET, Vertdéco : Standardisons les refuges faunistiques urbains pour inviter plus de faune sauvage en ville,

– Natural Solutions : Vers un #bigdata de données de biodiversité,

– Pascal MARTIN & Nicolas WYLER, Conservatoire et Jardin botanique de la Ville de Genève : La carte des milieux naturels du canton de Genève : de l’occupation du sol à l’analyse de la connectivité.

* Synthèse de la session « Innovations en détection et biologging »

Résumés des conférences :

Yves LE BRAS, CEBC CNRS : Eléphants de mer bio-échantillonneur des conditions océanographiques et des ressources marines,

– Yves BAS, CESCO, MNHN : Large-scale decline of bats and bush-crickets revealed thanks to automatic acoustic monitoring scheme,

– Simon BENHAMOU, CEFE CNRS : Quantification de l’utilisation de l’espace : stationnarité et ponts aléatoires,

– Hannah WILLIAMS, Swansea University : The use of biologging techniques to study bird flight : a case study  with vultures,

– Gaelle FEHLMANN, Swansea University : Biologging  as a tool for human baboon conflict remediation,

– Améile LESCROEL, CEFE CNRS : Using video cameras to understand seabird-fisheries interactions and enhance participatory management.

* Synthèse de la session « Indicateurs biologiques »

Résumés des conférences :

– Romain SORDELLO, MNHN-SPN : Projet TRANSFER,

Olivier GUILLAUME, ecoex-moulis : Le Métatron : outil innovant d’expérimentation en Ecologie des populations,

– Guillaume QUENEY, Antagène : L’ADN au service de la biodiversité,

 Claude MIAUD, CEFE-CNRS : Principales étapes méthodologiques de la technique de l’ADN  environnemental, données originales d’études récentes et perspectives de développement,

– Cécile VILLENAVE, ELISOL : Evaluation et surveillance des milieux pollués avec les plus abondants organismes pluricellulaires sur terre : les nématodes.

* Synthèse de la session « FLORIS’TIC »

Résumés des conférences :

– Romain DAMBREVILLE, WIPSEA : Solution semi-automatisée de recensement de mégafaune marine : de l’acquisition d’images par drone à la représentation dans un SIG,

– Jérémy DECHARTRE, EXEN : Test de l’efficacité du Sony Alpha 7S (colonie de mise-bas de chauves-souris arboricoles),

– Romain DAMBREVILLE : Automatisation du procédé de cartographie des tortues marines,

– Présentation globle Floris’Tic : Innovation sociale pour l’écologie appliquée à la botanique.

* Synthèse de la session « Ecosystèmes aquatiques »

Résumés des conférences :

– Gwénaëlle DELARUELLE, Andromède : Projet MEDTRIX : une base de données cartographiques pour la surveillance écologique du milieu marin,

– Raphaël CIVADE, Irstea : Inventaire de la biodiversité piscicole dans les écosystèmes d’eau douce : performance, robustesse et représentativité de l’approche du métabarcoding de l’ADN environnemental (ADNe),

– Sébastien THORIN, Créocéan : Opérations de transplantation d’espèces et de restauration d’habitats marins,

– Jérôme SCHUEHMACHER, SUEZ : Le projet ZHART : La R&D interdisciplinaire au service de l’innovation et du génie écologique en matière de zones humides artificielles.

Pour toute question, nous sommes joignables à l’adresse ecolotech@salon-ecologie.com.