Appel à communications

APPEL À COMMUNICATIONS

Proposez vos résumés pour un poster ou une communication orale (15 min) via le formulaire ci-dessous. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 15 mai 2020. Elles seront soumises au comité scientifique pour validation. Votre participation et son format (oral ou poster) vous seront confirmés début juillet. 

AppelcomECOLOTECH2020_V2

Cet appel s’adresse à tout professionnel issu de laboratoires de recherche, de bureaux d’études, de collectivités territoriales, d’établissements publics, d’associations, ou d’entreprises. Organisé chaque année dans le cadre du Salon de l’Ecologie à Montpellier, Ecolo’Tech est un congrès scientifique portant sur les recherches et les innovations technologiques et méthodologiques en écologie.

L’appel à communications est ouvert pour promouvoir vos travaux en rapport avec la nature comme source d’inspiration. Toutes les disciplines sont concernées : biologie, écologie, sociologie, médecine, économie, éthologie, mathématiques, droit, physique, informatique, systèmes, sciences politiques, géographie, histoire, philosophie…

Inscription gratuite pour les intervenant(e)s sélectionné(e)s
Pour toute question, vous pouvez nous contacter par email

Organisé chaque année dans le cadre du Salon de l’Écologie à Montpellier, Ecolo’Tech est un congrès scientifique portant sur les innovations technologiques et méthodologiques en écologie. Chaque année, il s’inscrit dans un enjeu de société spécifique. À la jonction des trois défis sociétaux portés par l’I-site MUSE – nourrir, protéger et soigner –, ce congrès interdisciplinaire est organisé en partenariat avec les LabEx CeMEB et NUMEV et la MSH-Sud en tant que fenêtre sur les dernières innovations en sciences du vivant, sciences des systèmes et sciences humaines et sociales. L’objectif d’Ecolo’Tech est de favoriser, autour de l’écologie, la diffusion des innovations issues de différentes disciplines et la mise en relation de professionnels issus de laboratoires de recherche, de bureaux d’études, de collectivités territoriales, d’établissements publics, d’associations, ou d’entreprises. Cette diversité d’intervenants a pour but de favoriser un dialogue professionnel décloisonné en vue d’envisager et de développer des partenariats constructifs entre le monde de la recherche et les autres acteurs socio-économiques de l’écologie.