Vendredi 9 novembre 2018

contact : intervenants@salon-ecologie.com

programme ecolojob

feuillestest Qu’est-ce que c’est ?

La journée Ecolo’Job est un forum des métiers et des formations de la filière professionnelle de l’écologie. Ecolo’Job est destinée aux lycéens, étudiants et jeunes diplômés en recherche d’emploi. Cette journée promeut les différentes formations et est l’occasion de rencontrer de potentiels employeurs à travers les nombreux stands. En parallèle, un Job Dating sera organisé sous forme de mini-entretiens et permettra aux étudiants de rencontrer des professionnels dans le domaine de l’écologie. A la clé de ce Job Dating : des stages, des emplois, mais aussi des entretiens blancs ou même des volontariats du type service-civique et bénévolat.

 Journée sur les métiers et les formations en écologie

Cette journée est donc l’opportunité de développer sa connaissance critique des métiers et des formations de l’écologie au fil d’interrogations, d’échanges et de débats : un programme qui colle parfaitement aux attentes des futurs professionnels de l’écologie et qui les aidera à consolider leur choix de formation et de projet professionnel.

– Stands au Palais universitaire des sports Veyrassi de Montpellier : représentants d’associations naturalistes, bureaux d’études, établissements d’enseignement, entreprises, ainsi que le stand Eco-responsable du Salon de l’Ecologie.

De nombreux stands seront présents, répartis en 4 pôles :

Pôle Communication / Education / Formation (associations, organisation environnementale, établissements d’enseignement, etc.)

  • Païolive
  • SCUIO-IP
  • Cybelle Planète
  • FNE Languedoc-Roussillon
  • Licence EDEN
  • IGPN
  • ARTIO
  • FdS
  • Pôle Sup Nature- BTSA GPN
  • Brin de forêt
  • Montpellier Sup Agro
  • Lycée Charlemagne Carcassonne
  • Ailerons
  • IAE Startup Lab
  • GNUM
  • Asser
  • Greenpeace
  • UPVM
  • CARABES
  • Naturevolution
  • Mountain wilderness France
  • Co’MAB
  • Polyearth

 

Pôle Gestion Biodiversité et Espace Naturel Protégé (établissement public, fédérations, services déconcentrés de l’Etat, collectivité territoriale, aires protégées, etc.)

  • CEN Languedoc Roussillon
  • Agence Française pour la Biodiversité
  • PNR Haut Languedoc

 

Pôle Ingénierie écologique / Expertise / Génie écologique (entreprises, bureau d’études, groupe industriel, etc.)

  • CEREG
  • Biotope
  • ADENA réserve de Bagnas
  • ECO-MED
  • LPO Occitanie
  • GCLR

 

Pôle Recherche publique et privée

  • WIPSEA
  • SHHNH

 

Eco-responsables

  • L’équipe Eco-responsable du Salon de l’Ecologie
  • CharlottEco
  • Franck Mazalon – MadinFranck

 

Tables rondes : durant toute la journée, plusieurs tables rondes seront organisées afin d’échanger sur différents sujets. 6 tables rondes se dérouleront de 10h à 17h et chacune durera environ 45min, les thèmes sont :

 

  • (10h30-11h15)  Chasse : La cohabitation des activités dans les espaces naturels 

Annulée – Reportée ultérieurement. 

 

  • (11h30-12h15)  Comment concilier les rôles d’écologues et d’écologistes dans la vie professionnelle ?

Bureaux d’étude en écologie, organismes de gestion d’espaces naturels, laboratoires de recherche en écologie… On ne travaille pas dans ces institutions par hasard. Les professionnels de l’écologie sont aux premières loges des changements environnementaux actuels et leur engagement professionnel est souvent lié à un engagement moral. Pourtant, des conflits de valeurs peuvent rapidement émerger lorsqu’on s’engage sur ce type de poste : La science se veut objective, mais à titre personnel chacun d’entre nous défends un ensemble de valeurs écologistes. Comment dès lors concilier ses convictions écologistes et son activité professionnelle ?

Comment nos valeurs évoluent-elles au contact de notre entreprise/structure? Et au cours de sa carrière au contact de plusieurs structures et donc systèmes de valeurs?

En rassemblant autour d’une même table des profils de chercheur, d’expert naturaliste indépendant, de professionnel ayant une activité militante et de responsable d’un grand bureau d’étude, cette discussion permettra de partager, confronter et comprendre les points de vue de chacun en fonction de leurs expériences professionnelles.

Cette vaste question implique des questionnements plus ciblés, qui parleront mieux à certains publics qu’à d’autre :

Comment agir en tant que professionnel de l’écologie pour une meilleure prise en compte de la biodiversité dans notre société?

Peut-on mêler ses convictions écologistes et l’objectivité que suppose l’approche scientifique?

Comment gérer les potentiels conflits de valeurs entre soi et son entreprise/structure en écologie?

Comment nos valeurs évoluent-elles au contact de notre entreprise/structure? Et au cours de sa carrière au contact de plusieurs structures et donc systèmes de valeurs?

Et vous ? Quelles expériences avez-vous à ce sujet ? La discussion sera suivie d’un temps d’échange avec le public pendant lequel chacun est invité à participer.

Les intervenants de cette table ronde

  • John THOMPSON

Directeur de recherche au CEFE, laboratoire Dynamique des Systèmes Socio-Ecologiques.

Spécialiste de l’écologie, la dynamique et l’évolution de la flore méditerranéenne.

Il est investi dans une démarche de « recherche impliquée » qui s’articule autour de deux axes : des collaborations étroites avec des chercheurs d’autres disciplines, notamment en sciences humaines, et en animant une interface entre le monde de la recherche et le monde de la gestion et de la conservation.

Il a ainsi mené différents travaux en partenariat avec des acteurs régionaux de la gestion (CEN Languedoc Roussillon, Parc National des Pyrénées), des acteurs Nationaux (Conservatoire Botanique National, Parcs Nationaux de France…) et des services de l’état (DREAL Languedoc Roussillon, Ministère de l’Ecologie).

Cette interface vise à impliquer les chercheurs afin de les rendre acteurs de la conservation et non plus seuls témoins. En les faisant travailler en partenariat avec des décideurs publics, cette interface vise à développer chez les élus et organismes publics une culture de la décision basée sur une science objective plutôt que des jugements subjectifs.

J. Thompson est aussi membre de différentes commissions scientifiques en région méditerranéenne et au niveau national (programme REPERE, Parcs Nationaux de France, ATEN, IUCN France).

  • Rafael COLOMBO

Fondateur du Bureau d’Etude naturaliste indépendant ASELLIA-ECOLOGIE. Spécialiste des chiroptères, expertise aussi en entomologie.

Il est aussi médiateur scientifique, assurant de nombreux cycles de conférences de vulgarisation scientifique et naturalistes, auteur de livres scientifiques pour enfants.

Ancien IEGB, il a déjà participé à trois expéditions scientifiques en Afrique et Amérique du Sud pour des expéditions scientifiques sur les chiroptères.

  • Céline MENARD

Directrice de l’agence régionale du Bureau d’Etude BIOTOPE, 20 années d’expérience dans ce Bureau d’étude en ingénierie écologique

  • Jean Baptiste MOURONVAL

Chargé de mission « Plan de gestion » au Syndicat Mixte pour la Protection et la Gestion de la Camargue Gardoise et membre de l’association militante de protection de la Nature NACICCA. Il a travaillé auparavant 25 ans à l’ONCFS.

Il est auteur du “Guide des characées de France méditerranéenne”.

 

  • (13h00-13h45)  Comment valoriser son année de césure ?

L’année de césure a pour but  de favoriser l’insertion professionnelle. Pendant cette année c’est à travers différentes expériences personnelles et professionnelles, que les étudiants  acquièrent des compétences et se démarquent des autres. Durant cette table ronde, les étudiants ou les anciens étudiants partageront  leurs expériences (stage, écovolontariat..), discuteront des avantages et inconvénients de la césure et comment la mettre en valeur. Trois étudiantes seront présentes :

  • Laetitia Mathon : Son année césure s’est réalisée entre sa licence et son Master IEGB, durant laquelle elle a fait du volontariat à Madagascar (sur les tortues terrestres), en Équateur  (centre de réhabilitation en forêt tropicale) et au Costa Rica.
  • Charlotte Ricaud : Durant sa césure, elle a réalisé deux mois et demi d’écovolontariat à Madagascar dans une ONG « l’Homme et l’environnement » pour faire du suivi de deux populations de lémuriens, deux mois de bénévolat dans une autre ONG basée à La Réunion (forêt malgache) et trois mois de stage au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris.
  • Flore Liron: Actuellement en master IEGB, elle a réalisé sa césure avant d’intégrer la formation. Dans un but humanitaire, elle a créé une association ayant pour objectif pour but de récolter les rêves (souhaits de vie) de personne de toute âge et de toute horizon. A travers cette association, elle a voyagé trois mois en Amérique du Sud puis en Asie.

De plus, nous aurons la présence d’un recruteur qui expliquera en quoi il est intéressant de choisir un étudiant ayant fait une année de césure. Pour parler de ce sujet, le professionnel présent sera Pierre Illac, responsable environnement chez Quadran (Groupe direct Energie). Ancien IEGB, il coordonne aujourd’hui des projets éoliens (terrestres et marins) et solaires et manage une équipe de 4 personnes au sein du pôle environnement.

 

  • (14h00-14h45)  Quels sont les impacts des sports nautiques sur les oiseaux marins ?
  • Olivier Scher : Responsable de projets coordinateur du Plan National d’action Aigle de Bonelli. Il contribue à la conservation de la Faune au Conservatoire des Espaces Naturels du Languedoc-Roussillon. Il est en parallèle photographe, basé sur l’observation des relations que l’homme entretient avec son environnement naturel ou urbain.
  • Olivier Duriez :Chercheur et maître de conférence à l’Université de Montpellier, il étudie les mécanismes comportementaux liés au mouvement, gouvernant l’utilisation de l’habitat et leurs conséquences sur la dynamique des populations chez les oiseaux. J’utilise une approche intégrative de la biologie de la conservation, à l’interface avec l’écologie comportementale, physiologie et écologie des populations.
  • (15h00-15h45)  Quels sont les impacts des sports de nature sur le territoire des Grands Causses ?
  • Olivier Obin :partenaire de Sport Natura, il est à la source du développement des sports de nature. Il met en œuvre des équipements liés aux sports nature liés à la verticalité (escalade, accrobranche) et aux déplacements aériens non motorisés. Actif dans les activités associatives il est en relation étroite avec les participants, les collectivités, les habitants pour rechercher les conditions parfaites qui assurent le développement et la pratique des sports nature dans leur environnement. De plus, il apporte une connaissance des milieux naturels complémentaire et unique au niveau des falaises et dans les airs.
  • Laure Jacob : chargée de mission milieux naturels, faune, flore au Parc naturel régional des Grands-Causses (12). Elle mène des études pour approfondir la connaissance de la biodiversité -faune et flore- sur la zone géographique du parc des Grands Causses.
  • Thierry David : est un garde technicien LPO Grands Causses. Il faut partie du pôle Protection de la Nature, en relation avec le conservateur de la zone géographique des Grands Causses. Il contribue à la gestion d’un ou plusieurs espaces naturels gérés par la LPO, tant pour la préservation et la surveillance écologique que pour le suivi et l’entretien de l’espace concerné. Il contribue à améliorer les connaissances de la biologie et de la faune et assure la mise en œuvre du plan de gestion. Il exerce la police de la nature en cas de commissionnement.

Dans un contexte de croissance des activités de pleine nature (le kitesurf, le trail, l’escalade…) et du tourisme, la protection et le partage des espaces naturels sont des enjeux majeur. En effet, les espèces et les habitats subissent de forte pression d’origine humaines (modification des habitats, dérangement des espèces, surfréquentation des espaces naturels…) qui entraîne des impacts sur la biodiversité. C’est pourquoi les questions comme : “Comment concilier la protection de la biodiversité tout en maintenant la pratique d’activités de pleine nature ?” ou encore “Les activités de pleine nature ont-elles des impacts sur la biodiversité ?” sont des dilemmes à prendre en compte concernant à la fois les activités de pleine nature et le maintien/protection de la biodiversité. Cette table ronde permettra d’aborder ces questionnements avec différent point de vue (gestionnaires d’espaces naturels, chercheurs, associations de protection de la nature, organisateurs d’évènements sportifs).

 

  • (16h00-16h45)  La RSE : nouveau métier, quelles opportunités pour la filière de l’écologie

 

Job Dating : toutes les informations sont disponibles ICI

 

feuillestest Écolo’Pro: la nouveauté de 2018!

Pour ses 10 ans, le Salon De l’Ecologie innove et propose aux prestataires de la filière de l’ingénierie écologique de promouvoir leurs offres de matériels et de services. Ce quatrième temps fort, Ecolo’Pro, se tiendra au côté d’Ecolo’Job, le forum des métiers et des formations en écologie le vendredi 9 novembre au Palais Universitaire des Sports Veyrassi.

    Les stands Écolo’Pro

  • Matorral
  • Les écologistes de l’Euzière
  • Wildcare
  • Le Yéti

 

feuillestest Diffusion vidéos

Lors de cette journée, un espace sera dédié à la diffusion de vidéos de sensibilisation et d’autres petits films mettant en scène des sports de pleine nature.

Retrouvez notamment Escape Feeling (Fb : Escape Feeling – Média production) et leurs superbes images de pêche!

 

feuillestest Quand et Où ?

La journée Ecolo’Job du Salon de l’Ecologie 2018 se déroulera le vendredi 9 novembre au Palais Universitaire des Sports Veyrassi de Montpellier, de 10h à 17h.

Le programme de la journée sera prochainement disponible.

 

Pour un petit  aperçu de la journée, voici la vidéo du Salon de l’Ecologie 2015 réalisée par notre partenaire Banque Populaire du Sud !

 

Pour toute question sur la journée Ecolo’Job, contactez-nous à l’adresse intervenants@salon-ecologie.com.